La fabrication des Emaux de Longwy

Publié le par emauxdelongwy

 

 Depuis plus d’un siècle, Longwy détient l’exclusivité en France des émaux cloisonnés sur faïence. Cette technique délicate consiste à imprimer le décor en noir sur le biscuit brut, puis à remplir goute à goutte chaque alvéole ainsi cernée avec un émail coloré. Cette technique manuelle est exécutée par un artisan chevronné.


 1.  Modelage

La forme de la pièce est créée par des stylistes ou des sculpteurs. Un modèle en plâtre est alors réalisé par notre atelier de modelage.

 

2.  Coulage

 

coulage.jpg


Ce modèle, une fois moulé, génère un plâtre creux, dans lequel on coule la barbotine (mélange de kaolin, d’argile et d’eau). Celle-ci est spécialement conçue selon les besoins des Emaux de Longwy par un atelier spécialisé à Limoges.

Ce plâtre, avide d’eau, aspire le liquide de la barbotine en contact avec sa surface : une croûte se forme le long de ses parois. Dés que l’épaisseur de la croûte atteint 7/8 mm on le retourne, vidant le trop plein de barbotine encore à l’intérieur

four-biscuit.jpg

 

3.  Rachevage

La pièce sèche alors dans le plâtre pendant 4/5 heures, puis est démoulée et laissée à l’air libre pendant 24 heures. Les racheveurs ébarbent les plans de joint et lui donnent un aspect lisse en frottant à l’éponge.

La pièce nommée biscuit est alors cuite à 1050° C pendant une nuit

 

4. Décoration

 

decoration.jpg

 

Le biscuit est ensuite imprimé soit à la main, soit au calque d’un trait d’encre noire qui reprend le décor de la pièce.

Chaque alvéole créée par le trait est alors remplie manuellement d’émail coloré en utilisant une technique de goutte à goutte. La goutte d’émail séchant quasiment immédiatement au contact du biscuit, il est impossible de « peindre » cette pièce, d’où la technique qui consiste à déposer une goutte d’émail coloré à côté d’une autre jusqu’au remplissage total de l’alvéole de couleur. 

Les décoratrices utilisent deux outils pour décorer les pièces : un bâton de bois fin et long  et une seringue électrique ; cette technique a été élaborée pour éviter aux décoratrices les allers retours constants entre la pièce et la couleur.

Une fois la pièce complètement émaillée, celle-ci est cuite une première fois à 750°c pendant une nuit.

Une opération de retouche de la pièce, nommée la repasse, a alors lieu pour enlever les trous occasionnés par l’éclatement des bulles d’air à la surface de la pièce. La décoratrice les rebouche avec la couleur d’origine.

 

pose-de-l-or.jpg

 

La pièce est ensuite cuite une deuxième fois à 750°C, puis l’or est posé au pinceau sur la pièce et celle-ci est cuite une fois de plus, à 600°C.

L’on passe alors de la terre de sienne sur la surface émaillée pour rendre visibles les craquelures de l’émail, et la pièce est enfin terminée.

 

Le délai de fabrication d’une pièce simple, comme un chat, est de deux semaines et pour une pièce plus complexe de deux à quatre semaines environ.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article